Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 février 2018 6 03 /02 /février /2018 16:27

En février 2017, la famille Tabusse nous accueille sur son domaine.

Dans l’histoire du château et dans les bibliothèques, Olivier Tabusse n’a rien trouvé sur la Pommerie. Il semble que la propriété de la Pommerie n’ait pas de lien direct avec le château.

Cela a dû être une ferme au 17ème siècle. En 1756, Leray de Chaumont l’achète. Elle sera un peu liée au château. En 1935, la propriété est vendue à monsieur Guilpin, surintendant. En fait il y a un arrangement entre une vente bloquée par les Monuments Historiques et le classement de la maison et du domaine. Charles Guilpin a habité-là mais cela lui appartenait-il ? Ou plutôt à Bernard qui avait une entreprise sur Blois, de poudre St Eloi puis de shampoings devenus Garnier.

Puis c’est monsieur Morel-Fassiot qui achète la propriété vers 1955. Il perd un droit à l’eau et garde un puits dans la pente. Il fait construire la piscine, le terrain de tennis et quelques dépendances. Il était pionnier dans la chirurgie esthétique.

En 1974, la famille d’Harambure achète la propriété.

 

On va arpenter la propriété en passant par le portail puis longer le chemin de la Pommerie et bifurquer vers le tennis, la piscine et le bassin maçonné. Ce bassin est sur le cadastre napoléonien de 1809. Il semblerait être du 18ème. Un bassin d’agrément.

 

Le groupe près du bassin...

Le groupe près du bassin...

On voit la fosse Chaperon, percée vers la route neuve. On domine la route neuve, juste devinée car les arbres la masquent. On est près de la chaufferie de la piscine, d’un local technique et de deux garages.

Il faut gérer les déchets végétaux par l’entretien des arbres, des ronciers et refaire le chemin. Cette partie de bois ne semble pas avoir appartenue au château. Olivier Tabusse nous montre en même temps sur les cadastres, l’évolution du domaine. Quelques photos données par l’ancien propriétaire.

Il y a des fosses sur la propriété, des effondrements ce qui n’est pas nouveau. Il y a des fissures dans le calcaire, des apports de terre, des creusements pour travaux et le sol bouge. Il y a des puisards sur toute la propriété déjà au temps de de Broglie. Il y a un gros tuyau noir qui est un grand collecteur vers la route neuve.

 

On traverse un ancien potager qui devrait être remis en fonction à condition de le clore car il y a des chevreuils. Il y a des points d’eau provenant de tout un réseau de tuyaux enterrés sur toute la propriété.

Dans ce coin, il y a aussi un atelier, un bûcher, une grange qui sert de garages, de petites dépendances bien utiles… La propriété fait 2 hectares 6.

 

On revient vers le portail d’entrée. La partie boisée adjacente appartient depuis peu à la mairie, obtenue pour l’€ symbolique pour un agrandissement potentiel du cimetière.

On passe près du cèdre majestueux qui semble s’être échappé du parc du château. La propriété est séparée du parc du château par des barrières.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires